Utilisations
Un outil de dépistage polyvalent

En clinique
Les enfants aiment les jeux informatisés dont ils ont l’habitude et où ils se sentent en contrôle. Les faire jouer avec un ordinateur les met en confiance et favorise le genre de relation dans laquelle ils sont à l’aise. Leurs commentaires révèlent que c’est à eux-mêmes qu’ils s’adressent lorsqu’ils répondent au Dominique Interactif.

Il dépiste les problèmes intériorisés
Même s’ils connaissent bien l’enfant, les adultes ont tendance à percevoir les problèmes de comportement plutôt que les éléments dépressifs et anxieux du monde intérieur de l’enfant, et ils ignorent parfois des comportements délinquants.

Le Dominique Interactif apporte une vision plus nuancée des enfants. Environ la moitié des enfants qui présentent des problèmes de comportement ont aussi des problèmes intériorisés. Le Dominique Interactif met en évidence ces problèmes intériorisés souvent inapparents ou au second plan.

Confrontés au point de vue extérieur de l’adulte et au monde intérieur des enfants, les cliniciens sont généralement plus en accord avec l’enfant.

Il minimise les réactions de défense 
Le Dominique Interactif évite de poser des questions directes :

  • Un clic sur une barre de tendance de la page de résultats rappelle les questions à l’écran.
  • Un clic sur une question rappelle l’image pour faire élaborer l’enfant.
  • Les questions peuvent aussi être rappelées à l'écran lors de rencontres ultérieures.

Autres avantages cliniques

  • Le professionnel est parfois obligé de lire les questionnaires traditionnels à l’enfant et beaucoup les trouvent compliqués et ennuyeux.
  • Lorsque l’enfant se fatigue pendant l’entrevue le Dominique Interactif peut raviver son intérêt à poursuivre.
  • Le Dominique Interactif peut dédramatiser certaines situations avec les parents.


En milieu scolaire
Le contexte scolaire favorise la mise en évidence des troubles du comportement. La perspective apportée par le Dominique Interactif est plus équilibrée. Il révèle par exemple que beaucoup d’enfants considérés comme hyperactifs sont en réalité des enfants anxieux.

  • Les problèmes de santé mentale s’accompagnent souvent de faibles performances au plan académique, mettant en péril l’avenir de l’enfant.
  • Bien que personne ne veuille considérer le développement affectif et comportemental comme problématique il ne faut pas non plus ignorer les problèmes qui sont réels. Tenter d’éviter la stigmatisation attachée aux problèmes de santé mentale peut prévenir leur prise en considération. Lorsque les problèmes de santé mentale ne sont pas ou sont mal identifiés, les enfants qui en souffrent ont peu de chances de recevoir l’aide dont ils ont besoin.
  • Le dépistage renforce la position des écoles dans une organisation des soins dans la communauté englobant le dépistage, l’évaluation et le traitement des problèmes de santé mentale des enfants.
  • Le Dominique Interactif permet le dépistage en milieu scolaire et l’établissement de profils par école à un coût raisonnable.
  • Lorsque l’évaluation des étudiants est facile, cela permet de les référer rapidement vers les ressources appropriées.


En recherche
Avantages scientifiques

  • Supprime toute intervention entre les réactions de l'enfant et le résultat final. L'information transmise n’est aucunement influencée par la relation avec l'évaluateur.
  • Réduit le biais dû à la désirabilité sociale. Les enfants comme les adultes ont moins tendance à donner des réponses socialement désirables à un ordinateur qu'à un interviewer.
  • Aucune question ne peut être omise.
  • Permet le recueil de données standardisées dès l’âge de 6 ans.
  • Les données sont exportées en format TXT et un tabulateur facilite l'importation dans les programmes statistiques.

Avantages budgétaires

  • Facile, rapide, et simple; exige peu d'entraînement de l’interviewer.
  • Sa brièveté réduit sensiblement les coûts de l'évaluation.
  • Il peut être administré en groupe (salles d’ordinateur), ce qui réduit encore les coûts.
  • L'information recueillie est automatiquement enregistrée, éliminant les coûts et les erreurs de codage.


En santé publique
Quelques statistiques en santé mentale

  • Selon les études épidémiologiques la prévalence des problèmes de santé mentale chez les jeunes est de l’ordre de 20%.
  • L’OMS a calculé un « fardeau global » pour chaque type de maladie. Les problèmes de santé directement ou indirectement associés à la santé mentale représentent plus de 50% du fardeau des maladies dans les sociétés développées, plus que le cancer et les maladies cardiovasculaires réunies.
  • Les troubles mentaux sont remarquablement stables et plus de la moitié des maladies mentales débutent avant 14 ans.

Ces chiffres rendent difficile d’envisager une amélioration de la santé mentale sans une approche populationnelle auprès des jeunes.

Le dépistage
Le dépistage est une identification de problèmes de santé à l’aide de procédures rapides et peu coûteuses.

En santé mentale la gravité de la psychopathologie est proportionnelle au nombre de symptômes. Le dépistage des symptômes permet ainsi de regrouper les enfants selon l’importance de leurs troubles, comme le triage médical en temps de guerre qui classe les individus en fonction de la gravité de leur état.

L’organisation des services

  • Cette information de type quantitatif permet l’allocation des services en fonction des besoins de la population plutôt que du nombre d’habitants, de raisons politiques ou d’impressions subjectives.
  • Ce type d'information permet également de consacrer en priorité les ressources disponibles aux plus souffrants, aux plus à risque, et aux plus dangereux pour eux-mêmes ou pour autrui.
  • Le dépistage détermine également la nature des problèmes, ce qui permet de mettre en place des programmes de prévention et d’intervention ciblés.
  • Les prévalences étant élevées, des interventions de groupe et des programmes de prévention collectifs auprès des familles (p. ex. le développement des compétences parentales) sont plus appropriés que les interventions individuelles plus coûteuses, qui pourraient être réservées à ceux qui en ont le plus besoin.
  • Les interventions précoces, en plus de diminuer la souffrance, sont plus efficaces, moins longues et moins coûteuses que les interventions tardives effectuées lorsque le milieu n’est plus capable de supporter le jeune.

Le dépistage permet à tous les enfants d’avoir accès à des services
Étant donné la difficulté qu’ont les parents et les enseignants à tolérer les comportements déviants, les enfants qui sont pris en charge sont souvent ceux qui dérangent les adultes.

Il y a beaucoup d’autres jeunes dont les problèmes de santé mentale ne sont jamais identifiés parce qu’ils ne dérangent pas. Ils présentent des problèmes intériorisés qui peuvent conduire le jeune au suicide. Le suicide est la troisième cause de décès parmi les adolescents américains et la seconde au Québec.


Pour l’enseignement

Beaucoup de professionnels (enseignants, gestionnaires, etc.) qui travaillent avec des enfants ont très peu de formation sur la santé mentale des jeunes. Pour ces professionnels qui sont constamment avec des enfants les problèmes de santé mentale des jeunes demeurent extrêmement théoriques. Ce manque de formation génère des interventions punitives qui ne favorisent ni les comportements positifs ni les apprentissages.

De plus, la santé mentale des jeunes est un ensemble de concepts abstraits difficiles à retenir. Le Dominique Interactif facilite l’apprentissage de la symptomatologie : les images qui l’illustrent demeurent présentes à l’esprit des étudiants et des professionnels (infirmières, médecins) et les aident à reconnaître les problèmes émotionnels et comportementaux chez les enfants.



(c) 2009 Dominic Interactive
Accueil | Enfant | Adolescent | Publications | FAQ | Commander | Contact | English